The book of Ivy T1 - Déchirée entre le devoir et les sentiments

Il y a cinquante ans, une guerre a décimé la population mondiale. Les survivants ont tenté d'établir une nouvelle société et deux groupes se sont affrontés afin d'obtenir le pouvoir. Chaque année, les fils et les filles de ces deux groupes sont contraints de se marier afin de préserver la paix dans la communauté. Ivy est donc obligée d'épouser Bishop, le fils du président. Depuis son enfance, elle a été préparée à ce mariage, son père lui a confié une mission : assassiner Bishop afin de lancer la rébellion.

A sa sortie, il était difficile de passer à côté du phénomène "The book of Ivy". Comme souvent, j'ai préféré attendre un peu avant de me lancer dans la découverte de cette dystopie.  

Nous découvrons donc la ville de Westfall, une communauté qui se maintient en parfaite autarcie et qui pense (comme dans toutes les dystopies) que la restriction des libertés est la seule solution pour maintenir la paix. Dans ce contexte, les adolescents, dès l'âge de 16 ans, sont obligés de se marier avec une personne choisie par le gouvernement.
 
" Pourtant c'est une humiliation de ne pas être retenue, tout le monde le sait. Personne ne le dit à voix haute, mais si une fille ne trouve pas chaussure à son pied, c'est toujours de sa faute à elle. C'est elle qui ne mérite pas de se voir attribuer un partenaire, et jamais l'inverse "

Ivy est donc contrainte d'épouser Bishop, le fils du président. Malheureusement pour elle, son père souhaite lancer une rébellion et pour cela, il lui demande d'assassiner Bishop. Ivy a vécu pendant des années dans la haine du gouvernement en place et alors que sa mission semblait simple au départ, les choses vont se compliquer petit à petit. Il est vraiment intéressant de voir Ivy se confronter à un autre point de vue que celui de sa famille. La cohabitation entre les deux personnages leur permet de comparer leur deux visions du monde et aussi, vous vous en doutez, de développer des sentiments l'un pour l'autre. 
 
Les personnages sont loin d'être manichéens. Ivy découvre à quel point il peut être difficile d'établir des règles qui peuvent satisfaire l'ensemble de la population. Elle va également en apprendre plus sur son passé et sur sa famille. Il y a une vraie réflexion sur le rôle du Président et sur les circonstances qui peuvent le pousser à prendre des décisions si radicales, sans pour autant chercher à les excuser.

"Nous parvenions bien à les nourrir avant qu'ils commettent un crime, alors nous devrions aussi en être capables après.
- Très bien, admet Bishop. Mai qu'en est-il des meurtriers et des violeurs ? Que devons-nous faire d'eux ? Dire que tu voudrais que ce soit différent, ça ne suffit pas. "

Ivy est très vite consumée entre le devoir familial et la mission qui lui incombe et ses sentiments naissants pour Bishop. Elle apprend à développer ses propres idées et sa propre notion de la justice et de la morale. Le premier tome s'achève sur un évènement qui laisse présager une suite plus dure, plus ancrée dans la réalité et qui laisse planer un doute terrible quant à l'avenir d'Ivy.

"Cependant, il ne m'a pas sauvée. Il m'a permis de me sauver moi-même, ce qui est la plus belle façon de recouvrer sa liberté. "

Une intrigue qui nous tient en haleine et une romance bien développée. J'ai dévoré ce roman en quelques heures, il est efficace et apporte des clés de réflexion intéressantes sur la façon de gouverner une communauté. 


The book of Ivy - Amy Engel
Lumen, 15€ 
Pocket Jeunesse, 6,95€

Se procurer le livre sur Decitre.fr*
*En achetant via ce lien vous apportez une petite contribution au blog (voir la page A propos pour plus d'informations)

Commentaires