30 ans

Dans la vie, il y a des étapes que l'on attend avec impatience : les 16 ans, les 18 ans, les 20 ans et il y a celles que l'on redoute un peu plus : les 25 ans, les 30 ans, les 40 ans. Au début du mois de mars, j'ai passé un cap que je redoutais. J'ai eu 30 ans. 

Quand je m'imaginais à 30 ans, je me voyais mariée, avec des enfants et un travail fixe. J'ai l'impression que ce qui rend le passage à la trentaine si difficile, ce n'est pas le fait de sentir que l'on vieillit, ou que le fait de dire adieu à sa vingtaine, c'est le fait de ne pas être exactement là ou l'on s'imaginait. Les personnes autour de nous s'attendent à ce que l'on franchisse certaines étapes : se mettre en couple, se marier, avoir des enfants, acheter une maison. Et même si je suis la première à dire qu'il ne faut pas se plier à la pression de la société, j'ai tout de même une petite boule au ventre. Inconsciemment, j'ai ce sentiment d'échec au fond de moi. Parce que je vois mes amis franchir les fameuses étapes, parce que la petite fille que j'étais rêvait de les franchir elle aussi, parce que j'ai l'impression de la décevoir.

Je suis célibataire, je n'ai pas d'enfants, je n'ai pas de travail fixe, j'enchaine les CDD, je n'ai pas voyagé autant que je l'aurais voulu, je n'ai pas une vie sociale trépidante, je n'ai pas de talent particulier, je n'ai absolument aucune idée de ce que sera ma vie dans les prochains mois.

A la lumière de ce constat, je commençais à déprimer, j'avais décidé de ne pas fêter mes 30 ans. Je ne voulais voir personne. Mais voilà que ma meilleure amie m'a fait la surprise de me préparer un gâteau d'anniversaire. Je n'ai pas eu de grande fête, juste un petit moment de partage avec sa famille (elle fait partie de ceux qui ont franchi les fameuses étapes). A l'instant précis où je soufflais ces 30 bougies, j'ai réalisé que peu importe la pression que la société pouvait m'imposer ou que je m'imposais à moi-même, j'avais fait mon maximum avec ce que j'avais en main. J'ai des souvenirs merveilleux et j'ai encore la possibilité d'en construire d'autres. Je ne suis peut-être pas le "modèle d'accomplissement" dont je rêvais, mais j'ai tout de même accompli des choses. Je ne devrais pas avoir honte de mon parcours mais plutôt en être fière.

Oui, je suis célibataire mais cela veut dire qu'une belle histoire d'amour m'attend peut-être au coin de la rue. J'ai fait 8 ans d'étude, j'ai écrit une thèse, j'ai des compétences et une expérience qui permettront de faire un métier que j'aime, même si le chemin est difficile. Je n'ai pas beaucoup voyagé mais cela veut dire que j'ai encore de merveilleux endroits à découvrir.  Je suis née et j'ai vécu 17 ans sur une île des Antilles et cela a fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. Je ne croule pas sous les évènements sociaux mais les amis que j'ai sont là pour moi, dans les bons et les mauvais moments. J'apprends à jouer de la guitare et même si je ne jouerai jamais de concert (quoique) je développe mon talent musical à mon rythme. Je ne sais pas du tout ce que sera ma vie dans les prochains mois mais j'ai hâte de découvrir ce nouveau chapitre. 

Quand on observe la vie des autres, dans la réalité ou sur les réseaux sociaux, on peut vite se sentir un peu en dessous, mais la vérité c'est que chacun de nous, fort de ses propres expériences, réalisées à son propre rythme, mène une vie qui vaut la peine d'être vécue, à 100%. Nous construisons des choses, nous réalisons des projets et nous pouvons en être fiers. Je suis fière de ma vie. J'ai 30 ans et j'ai confiance en l'avenir.

Commentaires

  1. très joli texte!
    je vais avoir 28 ans et ni maison ni bébé ni mariage pour moi non plus :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Tu as encore 2 ans pour changer ça ^^ Non plus sérieusement nous sommes très bien comme nous sommes et comme je l'ai dit nous ferons les choses à notre rythme ;)

      Supprimer
  2. Un texte très sensible et plein d'honnêteté. J'avais 33 ans quand mon fils est né, 37 pour ma fille et 41 quand nous sommes devenus propriétaires. Je crois qu'il ne faut pas chercher à se calquer sur la société, car ça n'en vaut pas le coup. Et puis j'en connais plein qui ont été dans cette norme et qui aujourd'hui se séparent faute de ne pas avoir assez vécu d'autres rêves. Je crois qu'aujourd'hui il agir selon sa personnalité, sa perception des autres et ne pas chercher à rentrer dans le moule. Tu as une sensibilité pleine d'énergie et peps dans tes écrits, alors crois en toi et...éclate toi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton gentil message ! Oui je suis tout à fait d'accord, il faut vivre à son rythme et faire ce que l'on veut. C'est juste que parfois je me mets un peu la pression toute seule ^^ Comme tu le dis la clé c'est simplement de croire en soi :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir laissé un commentaire, cela me fait toujours plaisir de vous lire...