La trêve - Un monde sans violence

L'histoire en bref
L'inspecteur Simon Urqhart se réveille un matin et découvre qu'il se passe un évènement extraordinaire dans tout le pays. Plus de crimes, plus de violence, plus de suicides, plus de meurtres, plus d'accidents de voiture. Une trêve qui va très vite soulever un certain nombre de questions en même temps qu'une véritable euphorie dans le pays. La trêve va t-elle durer? 





*Partenariat
Livre reçu gratuitement en échange d'un avis honnête
Merci à Decitre, NetGalley et aux Éditions Belfond

Ce que j'en pense
Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre en découvrant ce roman. Le résumé était particulièrement intriguant et j'avais une réelle hâte de me lancer dans cette histoire.

Le roman s'articule avec une succession de points de vue, une succession d'histoires courtes qui présentent des personnages différents à un moment particulier de leur vie. Le roman se focalise en réalité sur une seule journée au cours de laquelle nous suivons l'évolution de la situation d'heure en heure. Ce choix de narration est efficace et permet de brasser tous les milieux et découvrir des personnages aussi différents qu’intéressants.

" Comment quelqu'un, même sans problèmes personnels aurait-il pu ignorer la détresse, la misère, les difficultés auxquelles les gens étaient sans cesse confrontés ? "

Un meurtre prémédité qui finalement n'aura pas lieu, des actes de violence, horribles pour la plupart qui sont stoppés on ne sait comment, un fanatique en quête de vengeance ou un amoureux éconduit qui prévoit de commettre l'irréparable qui, d'un coup, changent d'avis. Des situations du quotidien et des situations moins banales qui sont finalement désamorcées par le simple effet de "la trêve". 

On pourrait croire à une coïncidence, une succession d'évènements sans lien entre eux, mais petit à petit la trêve s'installe et une euphorie gagne la population. Chacun retrouve l'espoir qu'il avait en quelque sorte perdu, une envie de profiter de la vie, de sourire, de sortir pour être au contact des autres. La trêve était-elle si impossible à atteindre? Comment la faire durer?

" "Je voudrais bien savoir de quoi parlait ce journaliste tout à l'heure. Il a parlé d'une trêve, c'est ça ? Pourquoi ? Nous étions en guerre ? "

Le roman n'est pas vraiment une enquête, personne ne cherche vraiment à comprendre la trêve même si beaucoup se posent des questions. Le roman n'est pas non plus un conte philosophique à mon sens même s'il en partage de nombreux codes. Nous sommes face à une constatation objective des effets de la trêve. Malheureusement, cette description incessante de situations, certes différentes, devient un peu répétitive à longue. Certains personnages sont récurrent d'un chapitre à l'autre, ce qui permet d'avoir une certaine constance dans le récit mais globalement on ressent une certaine lassitude dans la deuxième moitié du roman.

Globalement, j'ai trouvé l'idée générale très originale. Cela soulève de nombreuses questions, surtout dans le contexte actuel. Mais finalement l'auteur se contente de décrire les évènements (avec beaucoup de talent d'ailleurs) sans vraiment en faire quelque chose dans le déroulement de l'intrigue. 

" Étrange, avait-elle alors pensé, sans faire le lien avec sa propre personne, nous sommes tellement habitués à la violence et à la brutalité que nous nous sentons presque perdus en leur absence "


Une lecture agréable, un peu laborieuse parfois mais très intéressante. La diversité des personnages et des situations ne laissera aucun lecteur indifférent.


La trêve - Saïdeh Pakravan
Belfond, 20 

Commentaires