Empire State of Mind - New-York

Quand, grâce à mon boulot je me retrouve dans un congrès à Philadelphie, à deux heures de route de New-York et que justement j'ai 5 jours de pause, je me dis que l'opportunité est bien trop grande pour ne pas la saisir. Je me suis donc organisé un petit week-end à New-York, la ville où j'ai toujours rêvé d'aller. 

Je suis partie de la banlieue de Philadalphie (je vous ferai un article à part sur cette ville), puis j'ai pris un bus pour aller à New York. Après 2 heures de route et quelques péripéties, je suis enfin arrivée mais là il a encore fallu que je trouve la station de métro la plus proche et que j'essaie de comprendre le système (le week-end c'est un vrai casse-tête). Enfin, j'ai du trouver mon air bnb, situé au dessus d'une petite colline qui avec la chaleur, ma valise et la fatigue ressemblait plutôt au mont Everest.

Quitte à faire de ce moment un moment mémorable, j'ai réservé une chambre dans un appartement d'artiste, à 5 minutes de Central Park, dans l'Upper West Side, un quartier vivant et sympa avec une station de métro à côté. Il y avait deux autres locataires avec moi, dont un français et j'ai passé un bien meilleur moment que si j'avais été toute seule dans un hôtel.

Je voulais tout voir de la ville. J'avais l'impression de connaître déjà New-York et en même temps tout était nouveau. Dès le lendemain, je suis donc partie à la découverte de "Big Apple".

J'ai pris le ferry pour voir la statue de la Liberté, mais j'ai surtout observé les travailleurs qui prennent ce même ferry tous les jours, accompagnés d'une horde de touristes fascinés par une statue qu'eux-mêmes ne prennent plus le temps de regarder. On voyait clairement la différence entre ceux qui étaient sur les ponts extérieurs et ceux qui étaient à l'intérieur et lisaient leur journal au calme. 
Ce trajet en ferry a aussi été l'occasion d'apercevoir un bateau de garde-cotes. Le doute n'était plus permis, j'étais bien aux Etats-Unis.


J'ai vu le mémorial des Twin Towers et forcément j'ai été émue. Parce que 15 années après ce lieu est encore chargé d'une émotion intense. J'ai été émue par les noms gravés sur le monument, par l'eau qui coulait comme si les larmes n'avaient jamais cessé de le faire depuis ce 11 septembre. 
 
J'ai aimé me promener dans la ville et m'imprégner de cet esprit New Yorkais. Je me sentais presque New Yorkaise avec ma démarche assurée. Mais évidemment je ne trompais personne, mon plan dans une main, mon appareil dans l'autre et mes yeux se promenant absolument partout.


J'ai été émerveillée par le pont de Brooklyn et par Brooklyn tout court. J'avais envie d'y rester plus longtemps, de m'asseoir dans un parc, de discuter avec les gens, mais j'avais encore tant de choses à voir. 

 
J'ai été voir tous ces lieux mondialement connus, Madison Square Garden, Grand Central Station, Times Square. J'ai d'ailleurs été submergée par Times Square, trop de monde, trop de bruit, trop de lumières, trop de tout. Je n'ai pas pu y rester plus de 10 minutes.




Je suis tombée amoureuse de New York, de ses buildings étourdissants, des gens dans le métro, du calme qui côtoie la tempête, de la verdure qui côtoie le béton. La ville de toutes les contradictions, si belle et si sale (les gens laissent carrément leurs déchets dans le métro); avec une chaleur étouffante en été et une climatisation omniprésente (dans les voitures, le métro et les magasins)

Je suis tombée amoureuse de New York parce qu'elle ne m'a pas encore livré tous ses secrets, parce que j'ai encore tant de choses à voir, parce que j'aimerais lui accorder bien plus qu'un week-end et visiter Harlem, me promener dans le Bronx, trainer dans le Queens et vraiment profiter de Brooklyn.

Commentaires

Articles les plus consultés