Désolation - Quand horreur et désespoir gagnent en intensité

L'histoire en bref
La route 50, qui traverse le désert du Névada est le théâtre d'étranges évènements. Un policier  arrête des voyageurs sous de vagues prétextes et les emmène sous la contrainte dans la ville la plus proche :  Désolation. Le cauchemar ne fait que commencer...

!! âmes sensibles s'abstenir

Ce que j'en pense
Des personnages qui empruntent la nationale 50, pour une raison ou pour une autre et qui se font arrêter par un policier. De cette situation somme toute banale, découle tout un ensemble d'évènements, du plus étrange au plus abominable

Les premiers chapitres nous permettent de faire connaissance avec les personnages, de comprendre qui ils sont et comment ils sont arrivés là. Ces personnages viennent d'horizons très différents mais vont tous partager un sombre destin dans la ville de Désolation. 

Désolation, c'est la découverte de plusieurs personnalités, d'une ville, mais surtout de Tak. Tak est le "grand méchant" du roman. Méchant n'est pas tout à fait le mot, disons plutôt le mal incarné. Ce roman a été à la hauteur de ce que j'attendais d'un roman de Stephen King, surtout pour ce qui est du côté horrifique, mais il a été bien plus qu'un simple roman d'horreur sur plusieurs points. Tout d'abord, le côté très émotionnel de certains passages qui décrivent assez justement le sentiment de perte et la confusion ressentie quand un évènement grave se produit. L'auteur pose aussi les jalons d'une réflexion sur le bien et le mal. L'existence d'un Dieu qui serait bon mais aussi cruel car le chemin menant au salut n'est pas sans perte.

L'histoire ne s'arrête pas au simple fait d'être effrayante, l'auteur pousse les choses un peu plus loin, ce qui en fait un roman profond. J'ai tout de même eu un énorme passage à vide à quelques chapitres de la fin. Les choses étaient un peu plus confuses, je ne savais pas trop où il voulait en venir. En fait, je crois que je m'attendais à une grosse révélation qui n'est jamais arrivée. Le rythme entre la première moitié du roman et la seconde est complètement différent. La première moitié est assez classique, des personnages confrontés à un tueur fou mais la seconde moitié correspond plutôt à une sorte de voyage initiatique effectué par un groupe de survivants.

Une bonne lecture, un bon Stephen King même s'il ne fait pas partie de mes préférés. Le côté spirituel donne une vraie originalité à l'histoire. Un côté horrifique bien maîtrisé malgré des passages un peu longs vers la fin du roman.


Désolation - Stephen King
Albin Michel, 22,10€
Le livre de poche, 8,60€   

Commentaires

  1. Je suis une grande fan de Stephen King mais étrangement, je n'arrive pas à finir celui-ci... Il est dans ma PAL, à moitié commencé, depuis un bon bout de temps...
    Je vais essayer de me relancer !
    Merci pour cette chronique. :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir laissé un commentaire, cela me fait toujours plaisir de vous lire...