Le loup peint - Quand la séduction est fatale

L'histoire en bref 
Vincent Galtier est vétérinaire. Depuis la mort de son fils, son mariage bat de l'aile. Alors qu'il rentre d'une intervention difficile, un groupe d'individus lui tirent dessus. Échappant de peu à la mort, il arrive chez lui pour découvrir une scène digne de ses pires cauchemars

*Partenariat
Livre reçu gratuitement en échange d'un avis honnête
Merci à Babelio et aux Éditions du Toucan pour cette lecture

Ce que j'en pense
J'avais vaguement entendu parler de l'auteur sur les réseaux sociaux et quand son dernier roman a été proposé pour une masse critique de Babelio j'ai sauté sur l'occasion. Il faut dire que le résumé laissait présager une bonne lecture.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, parlons deux secondes de la couverture. J'adore l'opposition entre le couteau ensanglanté et le rouge à lèvres à paillettes et d'autant plus que ça colle parfaitement à l'intrigue. 

La grand force du roman est donc son originalité puisque nous allons suivre une femme fatale dans tous les sens du terme. Une héroïne qui est aussi sublime que dangereuse et ça change un peu de découvrir une femme tueuse en série. La psychologie féminine développée dans le roman n'est pas trop mauvaise même si je trouve que les femmes sont toutes assez malsaines voire carrément vulgaires pour certaines

"De son décolleté rose à frou-frou jusqu'à ses chaussures dorées à talons hauts, "mademoiselle" Mireille Dorset était une véritable gravure de mode du début des années 80, la choucroute blonde en plus. Sauf qu'on était en 2014"
 
En fait, les personnages du livres sont tous détestables ; du séducteur macho à la victime toute désignée en passant par le simplet de service (qui est d'ailleurs un peu caricatural) sans parler de la psychopathe et de la maitresse désabusée tellement cliché. En tant que lectrice je n'ai éprouvé aucune empathie ou sympathie pour eux mais j'étais tout de même fascinée par l'histoire, je n'arrivais pas à m'en détacher, me demandant jusqu'où cette femme irait dans l'horreur.

L'intrigue est très sombre et elle est racontée d'une telle façon que le lecteur est pris aux tripes. Sans même s'en rendre compte on enchaine les chapitres car on veut comprendre, on veut savoir. Si l'histoire ne tournait qu'autour des meurtres, j'aurais surement adoré le livre, mais l'auteur ajoute une intrigue secondaire que j'ai trouvé intéressante mais qui aurait presque mérité un roman à elle toute seule. Ajouter cette partie sans vraiment la développer fait que cela devient presque anecdotique dans l'histoire (alors que l'idée avait du potentiel).

J'ai tout de même apprécié ma lecture et j'ai beaucoup aimé les références ça et là avec le "boulevard Chattam", "l'avenue Minier" ou "l'avenue Norek". La façon de présenter ce petit hommage n'est pas des plus fluides mais le geste est touchant.  

"Du thé à la bergamote ! Merde ! Seuls Hercule Poirot et Miss Marple devaient encore boire cet infâme breuvage tout juste bon pour des Anglais survivants de l'époque victorienne !"

La fin du roman n'est pas vraiment surprenante mais l'un dans l'autre on s'y retrouve. Une bonne histoire pour les amateurs de thrillers.

Je lui ai trouvé quelques défauts et une fin un petit peu décevante mais globalement, le roman est un bon thriller avec une tueuse aussi fascinante qu'effrayante.


Le Loup peint - Jacques Saussey
Toucan, 20€
Le livre de poche, 7,90€   

Commentaires

  1. Sur le post, je ne voyais pas trop de quel livre il s'agissait, mais des que j'ai vu la couverture, je l'ai reconnu on le voit partout en librairie celui-ci ! Merci de cette chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il est sorti il n'y a pas longtemps ! La couverture est remarquable aussi ^^

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir laissé un commentaire, cela me fait toujours plaisir de vous lire...