La conjuration primitive - Quand le mal à l'état pur s'invite chez nous


L'histoire en bref
Deux tueurs en série sévissent en France et commettent une série de meurtres horribles. Surnommés la Bête et le Fantôme, les deux hommes n'ont à priori rien en commun, si ce n'est la même signature sur les corps des victimes "*e". Les enquêteurs constatent très vite que les meurtres se multiplient non seulement dans le pays mais aussi dans toute l'Europe. Serait-ce une épidémie de l'horreur ? 

Ce que j'en pense
Je pensais que ce livre serait mon premier Maxime Chattam. Et voilà qu'en parcourant la bibliothèque familiale cet été, je découvre que j'avais déjà lu son livre "Le 5ème règne". Je ne m'en souviens absolument pas alors je crois qu'on peut dire, juste entre nous, que c'est bien mon premier livre de l'auteur.

Généralement si on vous dit Maxime Chattam et Thriller vous savez qu'il ne sera pas question de fée et de paillettes mais ce roman n'est vraiment pas une promenade de santé. Si vous avez la peur facile, si le sang et les pervers, ce n'est pas votre truc ne lisez pas ce livre. Pour tous les autres... bienvenus !

Les deux tueurs en série, la Bête et le Fantôme ont des façons de faire différentes mais on peut dire sans se tromper qu'ils ont tous les deux atteint le niveau expert de la perversion. Les scènes de crime (dignes des pires films d'horreur) sont décrites avec précision, on peut se représenter la scène avec une réelle facilité. L'horreur nous prend aux tripes, la violence est palpable, on retient son souffle.
Mais il ne s'agit pas uniquement d'une histoire de meurtres, Maxime Chattam ne fait pas du gore pour faire du gore. On sent bien son envie de poser une réflexion sur l'origine même du mal. Il ne doit pas être facile pour lui d'entrer à ce point dans la psychologie de ces tueurs, de les créer du bout des doigts, de leur donner vie et de les faire agir de la sorte. Cela lui a demandé (et il le dit au début du livre) un réel dépassement de soi et une véritable immersion dans le mal à l'état pur. 

" La violence était-elle inhérente à l'espèce humaine, ou le fruit d'une évolution comportementale ? Après tout, aucune espèce vivante jusqu'à présent n'avait jamais mené de guerre massive, opposant un grand nombre d'individus, pour exterminer l'autre, pourtant de la même race "

" Ce n'étaient que des hommes. Malades. Mal construits depuis leur jeune âge. "
 
Les personnages du roman ont chacun leur façon de faire face à la situation et cela donne une dimension intéressante à l'enquête. Certaines théories contestables quoique pertinentes sont proposées et l'auteur nous invite nous aussi à poser une réflexion sur la nature humaine.

" Notre propension à être violents et à nous adapter grâce à la violence pour survivre à tout, pour nous hisser très rapidement au sommet de la chaîne alimentaire, témoigne d'une anomalie comportementale forte. D'où notre capacité innée à être violents. "

J'ai vraiment adhéré à cette histoire et ce n'était pas forcément évident parce que Maxime Chattam a beau être très doué pour décrire les scènes de crime, j'accroche un peu moins à sa plume descriptive. Il a une petite tendance à des envolées lyriques qui me sortaient de l'ambiance sombre du roman. Peut-être qu'à vouloir trop soigner le style, il perdait un peu en efficacité. 

" Un couperet sans appel, définitif, qui avait tout interdit, banni tout futur. Une guillotine impérative, sans autre conjugaison que le présent de l'insupportable. "

Pour mon (presque) premier roman de Maxime Chattam je suis très satisfaite. Je ne demande qu'à en découvrir plus. Si vous aimez les ambiances gores mais qui poussent tout de même à la réflexion, ce roman est fait pour vous.  


La conjuration primitive - Maxime Chattam
Albin Michel,  22,50€
Pocket, 8,20€  

Commentaires