Le transperceneige : l'intégrale - Quand un train est en mouvement perpétuel

L'histoire en bref
Une bombe a explosé et entrainé un froid glacial sur toute la planète. L'humanité a trouvé refuge dans un train qui fait inlassablement le tour de la Terre. A bord de ce train, les seuls humains survivants sont organisés en castes, les plus riches dans les wagons de devant avec tout le confort, les plus pauvres entassés dans les wagons à l'arrière.

Ce que j'en pense 
L'intégrale comporte les 3 tomes de la saga le Transperceneige.
Le Transperceneige (1984)
L'Arpenteur (1999)
La Traversée (2000)

Si le nom de cette BD vous dit quelque chose, c'est parce qu'elle a été adaptée au cinéma en 2013 sous le titre de Snowpiercer par Bong Joon-Ho. Le pitch initial m'avait fasciné et j'avais aussi beaucoup aimé le film. Je sais que cela peut paraitre bizarre (et un peu irréaliste) cette idée d'un train en mouvement perpétuel autour de la terre mais je suis absolument fascinée par les huis clos quels qu'ils soient. 

Le Transperceneige
Dans ce premier tome on découvre donc le transperceneige qui fait le tour de Terre. Il y a des choses vraiment intéressantes : l'organisation sous forme de castes et toute l'horreur que cela implique. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le parallèle avec le film qui va beaucoup plus loin dans l'horreur des comportements humains. Finalement la BD ne fait qu'effleurer tout ça mais elle reste tout de même de bonne qualité. Les planches en noir et blanc sont bien faites même si je ne suis pas particulièrement fan des dessins et il y a une vraie impression d'enfermement. 

L'Arpenteur
Une suite au transperceneige 15 ans après le premier volume. Moui pourquoi pas ? Mais dès le pitch initial il y a de quoi douter. Un deuxième train qui roule lui aussi autour de la terre et la peur constante d'entrer en collision avec le premier train (what?). Finalement à part un personnage principal très fort, il n'y a pas grand chose d’intéressant dans ce second qui ne m'a pas complètement convaincue. 

La Traversée
Ce troisième tome est la suite de L'Arpenteur et c'est là que j'ai commencé à décrocher complètement. On s'éloigne du principe même de la BD originale. Cependant à la fin on retrouve l'esprit du premier tome avec ce côté "anti happy-end". Point de bons sentiments ou de fin heureuse (vous êtes prévenus).

Petit + : La postface qui retrace la vie des différents scénaristes et illustrateurs de la BD ainsi que quelques dessins utilisés dans le film. 

Une BD sympa mais qui aurait très bien pu se cantonner au premier tome. Malgré une histoire originale j'ai été un peu déçue.

Commentaires