La dame sans terre T3 : Le sang de grâce - Quand tous les chemins mènent à Souarcy


L'histoire en bref
Après avoir échappé aux griffes de l'Inquisiteur, Agnès reprend sa vie au manoir de Souarcy avec Clément. Cependant tout n'est pas terminé. Le chevalier hospitalier Francesco de Leone continue sa mission et tente de déjouer les plans de ses ennemis. L'empoisonneuse sévissant à l'abbaye n'a toujours pas été démasquée et a en sa possession des manuscrits d'une extrême importance. Étrangement, tous ces évènements semblent liés à Agnès et Clément.

Mon avis sur les tomes précédents
 

Ce que j'en pense
C'est encore une fois un plaisir de retrouver les personnages de ce roman. L'histoire reste toujours aussi passionnante même si la fin du tome 2 laissait présager un certain répit dans les aventures d'Agnès. Ce répit fut finalement de courte durée car Agnès est à nouveau au cœur des intrigues.

Je ne me lasse pas de cet univers même si je pense que 4 tomes sont suffisants pour développer l'histoire. Je vois cette série de livres comme un bon divertissement historique. Je ne peux m'empêcher de penser à Agatha Christie même si dans le fond les deux univers sont très différents. 

L'histoire de La dame sans terre est bien menée et ce troisième tome s'inscrit dans la lignée des deux premiers. Certains mystères sont révélés alors que d'autres persistent encore. De nombreuses questions se posent notamment sur la véritable identité d'Agnès de Souarcy et l'origine du dévouement de tous les autres personnages à son égard. 

Même si j'apprécie énormément cette saga, certains points peuvent être un peu dérangeant comme par exemple le côté manichéen des personnages. Ils sont toujours soit bons soit mauvais, il n'y a pas vraiment d’ambiguïté. Et si un personnage principal commet l'irréparable, cela s'explique toujours par de nobles desseins. Cependant, le côté romancé de l'histoire se prête bien au côté manichéen des personnages. 

Le personnage de Clément (ou plutôt Clémence) est toujours aussi parfait. D'ailleurs je trouve cela très drôle que l'un des personnages les plus intelligents de l'histoire s'avère être une fille. En plus de son intelligence, elle a une vraie vivacité d'esprit, elle mène une réflexion très juste sur le monde et sur ses semblables.

"Nous portons la mort en nous dès la naissance et nous le savons. La vie n'est qu'un transitoire emprunt. La mort nous le concède mais c'est un usurier farouche, implacable. Elle se fait toujours rembourser. C'est ce qui rend la vie si précieuse. La sienne, celle des autres. Je m'étonne toujours que l'on puisse alors l'exterminer ou la martyriser si volontiers"
 
Au delà du personnage de Clément/Clémence, les femmes sont particulièrement mises en avant dans le roman. Mis à part le chevalier hospitalier, ce sont les femmes qui font avancer l'intrigue. Et même le chevalier finit par être sauvé d'une mort certaine par une femme dans le tome 2. Il est si rare de voir les femmes mises autant à l'honneur qu'il est bon de le souligner (vive les femmes !).

"Il n'est plus inflexible juge de la beauté d'une femme qu'une autre femme, car un homme s'empêtre aussitôt dans l'évaluation de son désir"

Les questions du pouvoir sont toujours au cœur de l'intrigue, tous les complots autour du pape permettent de mettre en évidence les bassesses de l'être humain et son goût immodéré du pouvoir.

"Étrange comme l'appétence pour le pouvoir de nombreux hommes ne les rassasie jamais. Ils arrachent, absorbent, ingurgitent, engloutissent continuellement de nouvelles parcelles de pouvoir qui les laissent éternellement affamés"

"La jalousie conduit certains esprits faibles à rechercher chez l'autre les causes de leur échec ou de leur insatisfaction, quand elles ne sont présentes qu'en eux"

Le seul bémol que j'ai pu relever, est le recours un peu trop systématique de l'auteur aux intuitions. Dès que les personnages se trouvent dans une impasse, l'un d'entre eux a une intuition. Ces intuitions ont donc permis de détecter les mensonges, de trouver des solutions aux énigmes, de sentir qu'un proche est en danger ou de démasquer une empoisonneuse. Je veux bien croire que les personnages soient intelligents et perspicaces mais trop d'intuition tue l'intuition.

Petit + : La romance entre deux des personnages qui donne lieu à des scènes certes niaises mais plutôt drôles. 

Un bon divertissement, une histoire qui met les femmes en avant et cultive le suspense. Hâte de terminer cette saga et d'avoir le fin mot de l'histoire.  


Le sang de grâce - Andrea H. Japp
Calmann Levy, 21,85€
Le livre de poche, 7,60€

Commentaires

  1. ça a l'air sympa comme série! :o
    Connais tu Les Nicolas Le Floch? (époque Louis XVI)? C'est aussi adapté en série télé et c'est super. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment pas mal oui ! Je suis tombée dessus complètement par hasard en plus...
      Oh Nicolas Le Floch oui j'avais beaucoup aimé la série ! Mais je n'avais jamais pensé à lire les livres... Et voilà une idée lecture grâce à toi :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci d'avoir laissé un commentaire, cela me fait toujours plaisir de vous lire...

Articles les plus consultés