Le voisin du dessus - Quand le polar est classique et drôle

L'histoire en bref
Georges Lernaf est détective privé et il reçoit un jour la visite d'une jeune femme, Nathalie, qui souhaite lui confier une affaire pour le moins dangereuse. Georges hésite mais Nathalie est absolument sublime et cerise sur le gâteau, elle le paiera grassement pour ses services. Georges accepte l'affaire mais quand son voisin du dessus est assassiné et que celui-ci s'avère être le père de Nathalie, il réalise qu'il aurait mieux fait de refuser. 

*Partenariat
Livre reçu en échange d'un avis honnête
Merci à Babelio et Editions Pascal Galodé pour cette lecture. 

Ce que j'en pense
Ce roman me fait penser aux films en noir et blanc de l'époque et je me représente surtout une scène caractéristique de ces films : le détective privé est seul, installé à son bureau, fumant cigarette sur cigarette. Quelqu'un frappe à la porte, une jeune femme apparait, elle est magnifique, elle est en détresse et elle a besoin de lui. Certains crieront au cliché mais moi j'apprécie cet univers et je plonge avec plaisir dans ce roman.

Parce que je suis fascinée par cette époque, par cette ambiance sombre et sexy à la fois, par la tension palpable entre le détective et sa cliente. Le personnage principal est un peu blasé sur les bords, il fume et il boit beaucoup. Je ne l'ai pas trouvé particulièrement sympathique, il est même parfois un peu limite avec les femmes mais il a de l'humour et cela le rend une peu plus appréciable : "On peut tout pardonner à une jolie femme sauf de vous emmerder". Le ton est volontairement détaché et j'ai beaucoup apprécié le style de l'auteur et l'ambiance générale du roman

L'entrée du personnage féminin est plutôt bien traitée. Nathalie est belle et on l'a compris, Georges est tout de suite très attiré par elle (ses réflexions ne sont d'ailleurs pas toujours très fines). On comprend très vite qu'elle est aussi belle que dangereuse, et l'intrigue tourne essentiellement autour d'elle. Il y a également le commissaire Dujardin, qui ne m'a pas particulièrement intéressée si ce n'est la dynamique de sa relation avec Georges.

L'enquête en elle-même n'est pas très surprenante, certains points de l'intrigue tombent parfois dans des facilités. Je pense notamment aux références à la seconde guerre mondiale ou au recours systématique au sexe dès que Georges est confronté à une femme. En vérité, une fois passé l'engouement pour l'univers et le style de l'auteur, j'ai suivi le reste de l'intrigue avec un certain détachement. Je crois que le roman est plus intéressant pour les personnages, leurs relations et leurs aventures que pour l’enquête (c'est un peu embêtant pour un polar). J'ai tout de même passé un bon moment car le roman correspond en tous points aux codes du genre (et j'aime le genre !).

Petit + : Les auto-références glissées dans le texte par l'auteur : Georges Lernaf est l'anagramme de Joseph Farnel, la marque de vêtements Farnel est citée à plusieurs reprises.

"Lui, il n'a retenu du catéchisme que la multiplication des pains et l'eau qui se transforme en bordeaux supérieur"

Un bon polar, qui fait penser avec nostalgie aux films noirs de l'époque. Une dynamique entre les personnages intéressante. Un bon moment en perspective.


Le voisin du dessus - Joseph Farnel
Pascal Galodé, 9,90€ 

Commentaires